Le « bien manger », une mode ou une révolution dans nos assiettes ?

Face aux récents scandales sanitaires qui ont marqué les esprits, force est de constater que le comportement alimentaire des Français semble avoir changé. Une révolution alimentaire est-elle en train de s’amorcer ou est-ce juste un effet de mode ? Décryptage d’un phénomène récent et sans précédent.



Photo : ©Jill111/pixabay

De la viande folle au scandale Lactalis…

Certains penseurs, écrivains, journalistes soutiennent que le XXIe siècle sera celui des scandales alimentaires. Prédicateurs d’infortune ? Malheureusement, les faits récents ou non, leur donnent douloureusement raison. Petit rappel non-exhaustif de quelques crises saillantes :

  • 1986 : scandale de la vache folle,
  • 1999 : suite à la mauvaise qualité du gaz carbonique utilisé, des millions de cannettes de Coca-Cola sont retirées de la vente,
  • 2013 : fraude à la viande de cheval (en lieu et place de la viande de bœuf) et scandale des tartelettes Ikea contenant des bactéries témoins d’une contamination… fécale.
  • Plus récemment les œufs contaminés au fipronil en 2017, sans oublier bien évidemment à l’automne de la même année, le scandale des lots de lait infantile Lactalis, infectés par des salmonelles.


Photo : ©StockSnap/pixabay

 Un seul point positif : les comportements alimentaires changent

La succession de ces crises alimentaires a passablement érodé la confiance des consommateurs dans les professionnels de l’industrie agro-alimentaire et dans la sécurité des aliments.

Les études et sondages attestent que les consommateurs accordent désormais plus d’attention à ce qu’ils achètent, regardent plus attentivement la liste et l’origine des ingrédients, le lieu de fabrication, la traçabilité du produit… Les Français bouleversent leurs pratiques de consommation, se tournent de plus en plus vers les circuits courts (AMAP, vente directe à la ferme, La ruche qui dit oui…), vers les labels rassurants (label rouge, AOC, …). Quant au marché du bio, il explose littéralement comme le confirment certaines données chiffrées, tant du côté des consommateurs (en hausse constante tout comme le montant dépensé pour des produits labellisés bio) que celui des agriculteurs, toujours plus nombreux à pratiquer cette agriculture respectueuse de la planète, sur des surfaces toujours plus vastes.

Enfin de plus en plus de consommateurs modifient peu ou prou leur régime alimentaire.

La consommation de viande par habitant diminue régulièrement depuis plusieurs années. Les Français ne deviennent pas forcément végétariens, mais plutôt flexitariens : ils limitent leur consommation de produits carnés et font attention à acheter de la viande de qualité, labellisée.

L’efflorescence des magasins bio depuis plusieurs années et même plus récemment d’enseignes exclusivement vegan, de restaurants végétariens, vegans, de magazines entièrement consacrés à la cuisine végétarienne (Esprit Veggie…) ou à l’univers bio, de sites culinaires estampillés bio, végétarien (clubcarotte.fr, biodelices.fr…), de salons dédiés à une consommation saine et éthique (Veggie World, salon Marjolaine…) témoignent également de cette (r)évolution alimentaire.

 Quant à l’industrie agro-alimentaire, elle… s’adapte !

Face à ce tsunami gastronomique, l’industrie agro-alimentaire pouvait choisir de camper sur ses positions ou au contraire de suivre ce mouvement d’ampleur et de répondre aux nouvelles attentes des consommateurs. Certaines marques l’ont bien compris et ont saisi cette opportunité. Ainsi de nouveaux produits fleurissent dans les rayons de nos supermarchés habituels. Pour preuve, l’un des leaders de la charcuterie sous-vide, Fleury Michon, pour ne pas le citer, propose désormais une gamme « Côté végétal » de produits végétariens (« pavés », « émincés » sans viande) pour « bien manger ».

Le mouvement en faveur du « manger mieux » ne fait donc que commencer et c’est une très bonne nouvelle pour la France, pays où la gastronomie est Reine. On l’avait sans doute un peu oublié ces derniers temps !

L’article est terminé …
… mais nous avons besoin que vous lisiez ceci: nous avons de plus en plus de lecteurs chaque jour, mais de moins en moins de revenus publicitaires.
Nous souhaitons laisser notre contenu accessible à tous. Nous sommes indépendants et notre travail de qualité prend beaucoup de temps, d’argent et de dévotion.
Vous pouvez nous soutenir avec Multipass qui permet de payer pour un bouquet de sites, et ainsi financer le travail des créateurs et journalistes que vous aimez.

Soutenez nous avec

Pour plus de détails, cliquez sur: Le « bien manger », une mode ou une révolution dans nos assiettes ?