Baclofène et alcoolisme : encore 6 mois d'attente

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) vient d’annoncer qu’elle se prononcerait « au plus tôt avant l’été, au plus tard à la rentrée » sur la demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM) du baclofène dans le traitement spécifique de l’alcoolisme déposée par le laboratoire Ethypharm en avril dernier.

« A notre connaissance, il n’existe aucune autre demande d’AMM au monde du baclofène pour l’alcoolo-dépendance » a expliqué le directeur de l’ANSM, Dominique Martin, qui estime qu’il y aurait actuellement un peu moins de 100 000 patients sous Baclofène en France. « Le Baclofène a des effets parfois spectaculaires chez certains patients mais présente aussi des risques. La question est de savoir si cela justifie une AMM ou pas » ajoute-t-il.

Pas plus de 80 mg/jour

A l’heure actuelle, ce médicament prescrit comme relaxant musculaire chez les patients souffrant de sclérose en plaques, bénéficie d’une autorisation temporaire d’utilisation (ATU) chez les patients souffrant d’alcoolisme. Mais en juillet dernier, l’ANSM a réduit les doses de prescription. Il n’est désormais plus possible de prescrire du baclofène à des posologies supérieures à 80 mg/jour.

La popularité du baclofène dans la lutte contre l’alcoolo-dépendance a explosé en France en 2005 lors de la publication d’articles puis d’un livre du Pr Ameisen (décédé depuis) qui racontait que ce médicament avait supprimé son envie de boire.

A lire aussi :

Baclofène et alcoolisme : une patiente saisit le Conseil d’Etat

Le Baclofène ne doit pas être utilisé pour maigrir

Pour plus de détails, cliquez sur: Baclofène et alcoolisme : encore 6 mois d'attente