Mort du Prince Henrik: Macron salue un ambassadeur contrarié du français au Danemark

Le prince Henrik du Danemark, époux de la reine Margrethe.

POLITIQUE – La francophonie a perdu un ambassadeur. Le président de la République Emmanuel Macron a rendu hommage mercredi au prince Henrik de Danemark, décédé la veille, rappelant l’engagement de ce Français épris de viticulture et de poésie dans la promotion de la « longue et inaltérable amitié entre la France et le Danemark ».

« Né Français à Talence, diplomate de carrière, amoureux des voyages, fin connaisseur de l’Extrême-Orient, Henri de Monpezat, devenu Prince Henrik de Danemark après son mariage avec la reine Margrethe en 1967, avait toujours eu à cœur de promouvoir la longue et inaltérable amitié entre la France et le Danemark, deux nations dont l’alliance ne fut jamais rompue », souligne l’Elysée dans un communiqué.

« Il veilla en particulier à ce que la langue française demeure employée à la Cour et reste enseignée au Danemark, notamment au lycée Prince Henri, le plus important lycée français d’Europe du Nord, fort de 950 élèves ».

Le chef de l’Etat a notamment salué une personnalité éprise « de lettres et d’art de vivre, il avait publié plusieurs recueils de vers en français et en danois, notamment ‘Cantabile’ (2000), illustré par son épouse, mais aussi des souvenirs rédigés avec un humour souriant (‘Destin oblige’, 1996) et même un livre de cuisine ».

Un prince qui aurait voulu être roi

Né Henri Marie Jean André de Laborde de Monpezat, le 11 juin 1934 à Talence, près de Bordeaux (sud-ouest de la France), le jeune et fringant comte avait épousé en juin 1967 Margrethe, couronnée en janvier 1972. Il change de prénom, renonce à sa nationalité française pour devenir danois et abjure sa foi catholique pour le protestantisme. Surtout, il se résigne bon gré mal gré à mettre ses pas dans ceux de Margrethe que ses sujets adorent.

« J’accepte de jouer le jeu. Mais c’est très dur pour un homme de ne pas être considéré sur le même plan que son épouse », admet-il dans ses mémoires, « Destin oblige », publiés en 1997. Depuis le 1er janvier 2016, Henrik était retraité, libéré de ces obligations officielles qu’il honorait diversement selon son humeur.

« Les controverses ont marqué son histoire au Danemark et sa relation avec la population danoise », selon sa biographe Stephanie Surrugue. En avril 2015, il s’était fait porter pâle lors des célébrations du 75e anniversaire de la reine, mais avait été aperçu à Venise quelques jours après, s’attirant railleries et foudres de la presse à grand tirage.

Et l’été dernier, il avait publiquement fait savoir qu’il refusait d’être inhumé avec sa femme dans la nécropole royale de la cathédrale de Roskilde, comme le sont traditionnellement les couples royaux. N’ayant pas obtenu le titre et la fonction qu’il convoitait, il arguait qu’il n’était pas son égal dans la vie et ne souhaitait pas l’être dans la mort.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Macron se dit favorable à un service national « avec une partie obligatoire de 3 à 6 mois »

Face aux affaires Hulot et Darmanin, Macron met en garde contre « une République du soupçon »

Pourquoi Macron se montre particulièrement prudent sur l’organisation de l’Islam de France

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Pour plus de détails, cliquez sur: Mort du Prince Henrik: Macron salue un ambassadeur contrarié du français au Danemark