Le Cytotec ne sera plus commercialisé le 1er mars prochain

Le Cytotec est une spécialité contenant du misoprostol commercialisée depuis plus de 30 ans en France. Ce médicament est indiqué dans le traitement préventif ou curatif de l’ulcère et des lésions gastroduodénales induites par les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Mais depuis l’arrivée des inhibiteurs de la pompe à protons sur le marché français, il est de moins en moins prescrit par les gastroentérologues.

En revanche, il est encore souvent utilisé (hors AMM), soit pour déclencher l’accouchement à partir de 37 semaines d’aménorrhée soit dans l’interruption volontaire de grossesse médicamenteuse (IVG).

Or, l’Agence nationale de sécurité du médicament a rappellé il y a quelques mois que cette utilisation hors AMM peut entraîner des effets indésirables graves pour la mère et l’enfant, comme la survenue d’une rupture utérine (déchirure du muscle utérin), d’hémorragies ou d’anomalies du rythme cardiaque fœtal. C’est pourquoi le laboratoire Pfizer a décidé de stopper la commercialisation du Cytotec en France. Cet arrêt sera effectif dans un peu plus de deux semaines : le 1er mars prochain.

Les autres médicaments disponibles

A cette occasion, l’ANSM rappelle qu’en obstétrique, d’autres médicaments disposant d’une AMM sont disponibles sur le marché français :

Pour le déclenchement du travail à terme : Propess (Dinoprostone), un système de diffusion vaginale de prostaglandines, du laboratoire Ferring SAS.

Pour l’interruption médicamenteuse de grossesse : Gymiso (misoprostol) commercialisée par le laboratoire Linepharma international limited et MisoOne (misoprostol) commercialisée par le laboratoire Exelgyn-Nordic Pharma.

A lire aussi :

10 méthodes pour déclencher l’accouchement

Accouchement : les actes médicaux les plus pratiqués près de chez vous

Pour plus de détails, cliquez sur: Le Cytotec ne sera plus commercialisé le 1er mars prochain