Jawad Bendaoud a fait le show jusqu'au dernier jour

Jawad Bendaoud (jugé au palais de justice de Paris, ici photographié le 24 janvier) a fait le show jusqu'au dernier jour

JUSTICE – La cour ne s’attendait sans doute pas à autre chose de sa part. Jawad Bendaoud, qui avait logé deux des auteurs des attentats jihadistes du 13 novembre 2015, s’est montré expansif et n’a pas caché sa joie à l’annonce de sa relaxe, ce mercredi 14 février.

Alors que le parquet avait requis quatre ans de prison contre lui, le tribunal correctionnel de Paris a estimé qu’il n’était « pas prouvé que Jawad Bendaoud (avait) fourni un hébergement à des terroristes (…) afin de les soustraire aux recherches », d’après la présidente Isabelle Prévost-Desprez.

À l’annonce de ce jugement, Jawad Bendaoud s’est « effondré » dans le box avant de lever les bras, taper amicalement sur l’épaule de gendarmes et embrasser le front de son avocat, ont décrit les journalistes présents sur place.

#Jawad Bendaoud relaxé tape sur l’épaule d’un gendarme, lève le doigt, lisse son catogan et embrasse la tête de Me Nogueras avant d’enlever sa veste du PSG

— Aurélie Sarrot (@aureliesarrot) 14 février 2018

#Jawad Bendaoud est relaxé. IL s’effondre dans le box.

— Charlotte Piret (@ChPiret) 14 février 2018

« On est ému d’avoir entendu le tribunal dire que Jawad Bendaoud était innocent » (avocats) pic.twitter.com/3TUIIVhZ0o

— BFMTV (@BFMTV) 14 février 2018

#Jawad Bendaoud sourit maintenant et lance des baisers à la salle, alors que la présidente vient d’annoncer sa relaxe.

— Cindy Hubert (@Cindy_Hubert) 14 février 2018

(#Jawad#Bendaoud est actuellement en train de lever son poing en l’air en signe de victoire et de tapoter sur l’épaule de gendarmes impassibles)

— Marc Leplongeon (@MarcLeplongeon) 14 février 2018

Jawad Bendaoud, un délinquant multirécidiviste, encourait six ans de prison pour avoir mis à disposition d’Abdelhamid Abaaoud et de son complice, Chakib Akrouh, un squat où ils s’étaient repliés à Saint-Denis. Ils étaient arrivés le 17 novembre au soir dans l’appartement où ils sont morts le lendemain tôt dans l’assaut des policiers du Raid.

« On est extrêmement ému d’avoir entendu le tribunal nous dire que Jawad Bendaoud était innocent », ont déclaré ses avocats Xavier Nogueras et Marie-Pompéi Cullin à la sortie de la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris.

LIRE AUSSI: L’avocat de Jawad Bendaoud dresse au « HuffPost » le bilan de ce procès « unique »

Le parquet a fait appel de cette relaxe, comme des condamnations contre les deux autres prévenus. Mohamed Soumah, lui aussi jugé pour « recel de malfaiteurs terroristes », a été condamné à cinq ans d’emprisonnement. Youssef Aït Boulahcen, jugé pour « non-dénonciation de crime terroriste », a lui été condamné à 4 ans de prison, dont un avec sursis.

Jawad Bendaoud, incarcéré à l’isolement à la maison d’arrêt de Fresnes, dans le Val-de-Marne, sortira « ce soir » de prison, a annoncé une source judiciaire à des journalistes.

À voir également sur Le HuffPost:

Lire aussi :

Jawad Bendaoud est relaxé

Stratégie ou personnalité sans filtre, comment comprendre son attitude?

Quatre ans de prison requis contre Bendaoud, le « logeur » de Daech

Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici

Tous les matins, recevez gratuitement la newsletter du HuffPost

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Pour plus de détails, cliquez sur: Jawad Bendaoud a fait le show jusqu'au dernier jour