La téléconsultation? Nous avons testé…

Accéder à une plateforme, c’est compliqué?

Certaines, comme mesdocteurs.com, sont accessibles directement, contre rémunération au moment de l’utilisation du service de téléconseil. D’autres, comme medecindirect.fr, nécessitent un code d’accès fourni au préalable par une mutuelle ou un assureur partenaire. C’est ce type de plateforme de téléconsultation que nous avons testé. Le code d’accès nous a permis de créer un compte utilisateur en renseignant des informations personnelles : nom, prénom, adresse électronique…

Comment ça se passe en pratique?

Une fois inscrit, l’internaute pose en général sa question par messagerie Internet ou par téléphone. Certains sites, comme mesdocteurs.com, proposent aussi des consultations par appel vidéo. Sur la plateforme que nous avons testée (medecindirect.fr), l’internaute indique par écrit l’objet de sa demande et ajoute éventuellement des documents médicaux (radios, analyses, ordonnance…) ou des photos (de taches cutanées, de grain de beauté…). Puis il précise, en cochant une case, s’il souhaite obtenir une réponse écrite ou être appelé par un médecin. Ensuite, tout se passe via un jeu de questions/réponses, entre l’internaute, qui décrit ses symptômes, et le médecin, qui demande des précisions. Il peut s’agir d’un généraliste ou d’un spécialiste, selon la complexité de la question.

Quels sont les délais de réponse?

« Sur notre plateforme, en général, les généralistes répondent en moins de 2 heures; et les spécialistes, en moins 24 heures », répond le Dr Thierry Manteau. Dans le cadre de notre essai – une consultation pour « une toux, un nez qui coule et une fatigue persistant depuis quelques jours » -, nous avons eu un premier retour d’un médecin au bout de 33 minutes exactement. En ajoutant le temps qu’il a fallu pour préciser ensuite les symptômes et obtenir un conseil, notre téléconsultation a duré en tout environ 1 heure. Donc en plus d’être accessible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, ce type de service est assez rapide, comparé à une consultation traditionnelle nécessitant une prise de rendez-vous et un déplacement au cabinet du médecin. En contrepartie, certains pourront regretter l’absence de contacts humains directs…

Peut-on obtenir une ordonnance?

Oui. Sur la plateforme que nous avons testée, l’internaute doit toutefois transmettre une copie de sa pièce d’identité pour bénéficier de cette prestation. Cela permet de « vérifier l’identité du patient à distance afin de réaliser une prescription en toute sécurité », explique-t-on chez medecindirect.fr. Autre point im­portant : tous les types de prescriptions ne sont pas possibles. C’est le cas, par exemple, de certains traitements « sensibles » comme les dérivés morphiniques, des séances de kiné ou des arrêts de travail. L’ordonnance elle-même est téléchargeable en ligne. À noter : la validation de l’identité du patient peut demander quelques jours. Donc ne pas attendre de tomber malade pour envoyer la copie de sa pièce d’identité.

Est-ce que cela remplace une vraie consultation?

Tout dépend du type de demande. La réponse est oui s’il s’agit d’obtenir un conseil médical ou un second avis, de se faire expliquer un résultat d’examen ou encore de régler un problème simple. En revanche, c’est non pour tout le reste. Et pour cause : le « télémédecin » ne peut pas réaliser d’examen clinique du patient, puisqu’on ne peut pas palper ni ausculter à distance… Or, cet examen est essentiel pour diminuer le risque d’erreur de diagnostic. Certes, il est possible d’envoyer des photos d’un grain de beauté, par exemple. Cependant de simples clichés ne permettent pas de discerner les reliefs d’une lésion cutanée. De même, un smartphone ne permet pas de bien voir au fond de la gorge ou d’examiner l’oreille du patient. Quoi qu’il en soit, les plateformes indiquent clairement ce qu’on peut en attendre : « La téléconsultation n’a pas vocation à remplacer les consultations classiques. »

Quid du paiement et du remboursement?

S’il s’agit d’un service de téléconsultation proposé par une mutuelle ou un assureur partenaires, il est offert par ces derniers à leurs adhérents. Pour les sites de téléconseil auxquels le patient accède « librement », il existe souvent plusieurs formules tarifaires. Par exemple, sur mesdocteurs.com, l’internaute doit débourser 5,90 € pour obtenir une réponse immédiate par messagerie Internet; 3,90 € s’il peut patienter 48 heures; et 1,90 € par minute en cas de dialogue par téléphone, chat ou appel vidéo. Une précision : la première consultation, avec délai de réponse de 48 heures, est gratuite. Enfin, les actes et les traitements pris en charge habituellement par la Sécurité sociale le sont aussi dans le cadre d’une prescription en ligne.

A savoir avant de se connecter

La téléconsultation ne se substitue pas au médecin traitant, ni aux urgences : ce n’est pas le Samu, si c’est une urgence, il faut faire le 15. Elle ne remplace pas non plus les consultations qui nécessitent un examen clinique ou des examens complémentaires. Enfin, on n’y délivre pas d’arrêt de

travail ni de certificat médical. Rigoureusement, « la télé­consultation telle qu’elle est définie par la SFT (Société française de télémédecine), est une consultation à distance réalisée par le médecin qui suit habituellement le patient, et non par un médecin ne connaissant pas ce dernier », estime pour sa part le Pr Thierry Moulin, neurologue et président de la SFT.

L’avis de… dr Loïc Étienne, médecin urgentiste, expert en télémédecine

La téléconsultation est une nouvelle pratique médicale intéressante, permettant d’optimiser l’accès aux soins pour tous, partout, et à tout moment. Elle pourrait éviter certains déplacements et consultations parfois inutiles, mais aussi aider à désengorger les urgences et à faire face aux déserts médicaux. Cependant, je conseille de la réserver aux demandes d’informations et de conseils médicaux. En cas de symptômes récents ou nouveaux, attention aux prescriptions en ligne. Car l’absence d’examen clinique augmente le risque d’erreurs de diagnostic et donc de prescription de médicaments inadaptés. En revanche, aucun souci s’il s’agit seulement de renouveler un traitement.

A lire aussi:

Les téléconsultations en médecine bientôt prises en charge par la Sécu

Déserts médicaux : la consultation à distance expérimentée avec succès en Alsace

La télémédecine à l’épreuve dans neuf régions françaises

Pour plus de détails, cliquez sur: La téléconsultation? Nous avons testé…