La buprénorphine augmente les troubles respiratoires chez les personnes obèses

La buprénorphine, médicament prescrit pour traiter la dépendance aux opioïdes, augmenterait le risque de troubles respiratoires sur les patients obèses, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale Anesthesiology. Ces conclusions ont été obtenues sur des souris.

Les chercheurs de l’University of Tennessee aux Etats-Unis ont mené une étude pour comprendre les effets du médicament sur 2 groupes de souris, de poids normal et obèses. Ils ont observé que la buprénorphine modifie, chez les cobayes obèses, la capacité respiratoire.

«Mettre fin à une dépendance aux opioïdes est très difficile, explique l’auteur principal, le Dr Ralph Lydic, professeur de neuroscience et au département d’anesthésiologie de l’UT Medical Center. « Dans le meilleur des cas, cela nécessite 2 ans. Mais il faut pouvoir y parvenir sans détresse respiratoire ». La prochaine étape est d’ores et déjà fixée : il s’agira de déterminer les zones du cerveau et les neurotransmetteurs impliqués dans cette détresse respiratoire associée à la buprénorphine.

La buprénorphine a reçu l’approbation de la FDA en 2002 mais les conclusions de cette étude poussent à réaliser des recherches sur les effets secondaires de ce médicament sur les humains pour réduire le risque et modifier la prise en charge des patients.

« Compte tenu de la similitude impressionnante entre les gènes de la souris et ceux de l’homme, les données de souris encouragent l’étude des effets de la buprénorphine sur la variabilité de la respiration chez les hommes et les femmes obèses », a déclaré le professeur.

A lire aussi:

Le kratom doit être classé comme un opiacé

Cinq médicaments retirés de la vente libre pour risque de dépendance

Feu vert à un médicament contre l’overdose

Pour plus de détails, cliquez sur: La buprénorphine augmente les troubles respiratoires chez les personnes obèses