Manger la nuit augmenterait le risque de maladie cardiaque et de diabète

Que celui qui n’est jamais allé grignoter juste avant de se coucher jette la première pierre ! Il a déjà été démontré que plus on mangeait près de l’heure du coucher plus on risquait de prendre du poids. Sur cette même idée, des chercheurs de l’Université nationale autonome du Mexique ont associé cette pratique à un risque plus élevé de maladie cardiaque et de diabète. L’étude est publiée dans la revue Experimental phisiology.

L’art d’ignorer son horloge biologique

Travaillant avec des rats, les chercheurs ont examiné les niveaux de graisse, appelés aussi triglycérides, présent dans leur sang. Il s’est avéré que ceux qui avaient été nourris au début de leur période de repos, avaient un taux de lipide sanguin plus élevé que ceux qui avaient mangé normalement, pendant leur période d’activité. En inhibant la zone du cerveau qui contrôle l’horloge biologique, cette différence n’avait plus lieu.

Or, un taux élevé de graisse dans le sang est associé aux maladies cardiaques et au diabète. Ainsi, lorsque l’on ignore trop souvent notre horloge biologique, en mangeant plutôt que d’aller dormir, le risque augmente de contracter ce genre de maladie. Bouleverser fréquemment notre rythme biologique avec des décalages horaires à répétition, des révisions tard le soir, ou un travail de nuit, peut nuire à notre santé sur le long terme.

À lire aussi :

Nos muscles sont réglés comme des horloges

Cancer : la piste de l’horloge biologique

Pour plus de détails, cliquez sur: Manger la nuit augmenterait le risque de maladie cardiaque et de diabète