Le gecko au cœur de la médecine régénérative

Les cellules souches responsables de la capacité du gecko à faire repousser sa queue ont été identifiées, selon les résultats d’une étude Comparative Neurology. Une découverte qui aurait des implications pour le traitement de la moelle épinière chez l’homme.

Beaucoup de lézards peuvent détacher une partie de leur queue pour éviter un prédateur et en régénérer une nouvelle. Pourtant contrairement aux mammifères, la queue de lézard comprend une partie de la moelle épinière. Les geckos sont capables de faire repousser une nouvelle queue dans les 30 jours, plus rapidement que tout autre type de lézard.

Dans la nature, ils se détachent lorsqu’ils sont attrapés. La queue tranchée continue de se tortiller, distrayant le prédateur assez longtemps pour que le reptile puisse s’échapper.

Guérir la moelle épinière

En laboratoire, les chercheurs de l’Université de Guelph (Canada) ont simulé cette situation en pinçant la queue du gecko, et en la faisant tomber. Une fois détachée, le point de rupture de la queue commence à se réparer, entraînant finalement la formation de nouveaux tissus et une nouvelle moelle épinière.

Les chercheurs ont découvert que la moelle épinière dans la queue contenait un grand nombre de cellules souches et de protéines connues pour soutenir la croissance des cellules souches, normalement assez calmes.

« Nous savions que la moelle épinière du gecko pouvait se régénérer, mais nous ne savions pas quelles cellules jouaient un rôle clé », a expliqué Matthew Vickaryous, auteur principal de l’étude.

« Mais quand la queue se détache, tout change temporairement. « Les cellules produisent différentes protéines et commencent à proliférer en réponse à la blessure. En fin de compte, ils font une toute nouvelle moelle épinière. Une fois la blessure guérie et la moelle épinière restaurée, les cellules retrouvent leur état de repos. « 

« Les humains ont peu de ressources face à des blessures de la moelle épinière, donc j’espère que nous pouvons utiliser ce que nous apprenons des geckos pour guérir les blessures de la moelle épinière humaine. »

Des études complémentaires vont être mises en place pour approfondir ce phénomène.

« Cette étude fait partie d’une série de recherches sur les capacités de régénération du système nerveux central du gecko. La prochaine étape est d’examiner comment le gecko est capable de fabriquer de nouvelles cellules cérébrales », a conclu Matthew Vickaryous.

A lire aussi:

Insolite : les geckos inspirent un nouveau modèle de pansement

Un patch qui améliore la guérison et réduit les cicatrices

Insolite : de la peau de poisson pour soigner une patiente gravement brûlée

Pour plus de détails, cliquez sur: Le gecko au cœur de la médecine régénérative