L’Oréal Paris vous emmène à la découverte de son laboratoire EPISKIN

De très grands locaux d’un blanc immaculé tout près de Lyon, 70 employés et des salles stériles majestueuses… Bienvenue chez EPISKIN, pionnier et leader mondial de peaux humaines reconstruites, expert en ingénierie tissulaire. En des termes moins scientifiques, EPISKIN conçoit et commercialise, depuis 35 ans, des peaux humaines reconstruites qui sont l’un des outils high-tech indispensables parmi l’arsenal de moyens qui permettent de s’affranchir de l’expérimentation animale. L’objectif : évaluer de manière prédictive la sécurité et l’efficacité des ingrédients et des produits cosmétiques. Cette filiale du Groupe L’Oréal fut l’une des premières à développer cette technologie de pointe, permettant ainsi au Groupe L’Oréal et notamment à la marque L’Oréal Paris d’arrêter les tests des produits finis sur les animaux dès 1989, soit 14 ans avant que la réglementation européenne ne les interdise.

La qualité est la clé d’un savoir-faire unique

Une fois équipés de leurs combinaisons stériles, nous suivons du regard à travers le sas vitré les scientifiques alors qu’ils pénètrent dans l’une des salles « blanches » pour observer et contrôler de plus près les peaux reconstruites. Penchés sur leurs microscopes ils travaillent chaque semaine à l’obtention de peaux reconstruites de haute qualité, standardisées et reproductibles, qui serviront à l’évaluation de l’innocuité des ingrédients cosmétiques.

Des méthodes in vitro prédictives de la tolérance

Avec toutes les nouvelles formules qui alimentent chaque année les nouveaux soins visage de la marque L’Oréal Paris, l’évaluation de la sécurité des ingrédients et de leurs associations se doit d’être extrêmement rigoureuse. « A partir de 1979, les chercheurs ont commencé à utiliser des épidermes reconstruits (issus du même savoir-faire technologique que ceux utilisés pour les greffes de peau des grands brûlés) pour mieux comprendre les processus biologiques qui régissent la peau. En 1980, la première peau reconstruite a été brevetée » explique Nathalie Seyler, directrice générale d’EPISKIN. Aujourd’hui plusieurs méthodes basées sur l’utilisation des tissus produits par EPISKIN ont été validés par l’OCDE (Organisme de Coopération et de Développement économique) comme l’un des outils utilisables pour remplacer l’expérimentation animale. Ils permettent l’évaluation de la tolérance des matières premières, actifs ou encore des produits finis, que ce soit sous forme liquide, poudre, huile, crème, pâte ou gel. Les peaux reconstruites servent à évaluer la corrosion, l’irritation cutanée et oculaire, ou encore la photo-toxicité et l’absorption cutanée des ingrédients cosmétiques.

L’efficacité des ingrédients et des produits peut aussi être étudiée in vitro

La visite se poursuit dans une autre salle stérile. Ici, les scientifiques étudient l’efficacité potentielle de la crème anti rides Revitalift Laser et de sa formule renforcée avec deux fois plus d’adénosine. Car les peaux reconstruites produites par EPISKIN servent également à comparer l’efficacité des actifs et des produits cosmétiques finis, selon des tests standardisés. Ces tests permettent par exemple de sélectionner les meilleurs actifs ou leurs associations pour étudier le potentiel des formules aux effets anti-âge ou apaisants. Une fois ces tests d’efficacité effectués, la marque L’Oréal Paris peut anticiper les propriétés de ses produits, comme l’efficacité des formules anti-âge par exemple, avant de faire procéder aux tests en condition réelle d’utilisation sous contrôle dermatologique sur des volontaires humains.

C’est à l’issue de ces tests, que sur un soin du visage Revitalift Laser par exemple, la marque peut indiquer sur l’étui que la crème anti rides corrige et réduit significativement les rides, tout en repulpant la peau pour remodeler le visage.

Des bénéfices que vous pourrez également découvrir dans leurs publicités.

Pour plus de détails, cliquez sur: L’Oréal Paris vous emmène à la découverte de son laboratoire EPISKIN