Cancer de l'estomac : attention aux médicaments antiacides

L’utilisation à long terme des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), une classe de médicaments couramment utilisés pour traiter le reflux acide est liée à un risque plus grand de développer un cancer de l’estomac, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale Guts. L’élimination d’Helicobacter pylori, la bactérie impliquée dans le développement du cancer de l’estomac diminue considérablement le risque de développer cette pathologie. Mais le traitement pourrait aussi favoriser la maladie.

Les chercheurs ont comparé l’utilisation des IPP avec un autre type de médicament utilisé pour réduire la production d’acide appelé antagonistes des récepteurs H2 de l’histamine (bloqueurs H2) chez 63 397 adultes traités par trithérapie, une combinaison d’un IPP et deux antibiotiques pour tuer H pylori pendant 7 jours – entre 2003 et 2012.

Les participants ont été suivis jusqu’à ce qu’ils développent un cancer de l’estomac ou décèdent. Au cours de l’étude, 3271 (5%) personnes ont pris des IPP pendant près de trois ans en moyenne et 21,729 ont pris des bloqueurs H2.

Au total, 153 (0,24%) personnes ont développé un cancer de l’estomac après une trithérapie. Aucun d’entre eux n’a été testé positif pour H pylori à ce moment, mais tous présentaient une gastrite de longue date (inflammation de la muqueuse de l’estomac).

Un lien entre prescription d’IPP et cancer de l’estomac

Les résultats de l’étude ont montré que prendre des IPP était associé à un risque multiplié par deux de cancer de l’estomac, alors que la prise d’anti-H2 ne provoquait aucun risque

Le délai moyen entre la trithérapie et le développement du cancer de l’estomac était d’un peu moins de 5 ans. Une utilisation plus fréquente était associée à un risque plus élevé, l’utilisation quotidienne étant liée à un risque multiplié par 4 par rapport à une consommation hebdomadaire.

L’étude nous apprend aussi que plus la prescriptions d’ IPP était long, plus le risque de développer un cancer de l’estomac était fort. Il est multiplié par cinq après plus d’un an, par six après deux ans ou plus, et par huit fois après trois ans ou plus d’années.

A lire aussi:

C’est quoi l’insuffisance rénale chronique ?

Les comprimés anti-brûlures d’estomac augmenteraient le risque de calculs rénaux

Vos reins n’aiment pas du tout les médicaments contre les brûlures d’estomac

Pour plus de détails, cliquez sur: Cancer de l'estomac : attention aux médicaments antiacides