Cabines de bronzage : elles seraient non-conformes

Les cabines de bronzage sont soumises à une réglementation stricte pour limiter les risques encourus à l’exposition répétée aux rayonnements ultraviolets artificiels, facteur de risque des maladies dermatologiques et de cancers de la peau. Mais, selon les conclusions d’une nouvelle étude de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), le taux de prestations présentant une non-conformité reste très élevé à 63 %.

Pour établir ce rapport, 982 établissements ont été visités et les prestations de cabines UV ont été contrôlés. A la suite de cette enquête, la DGCCRF a établi 358 avertissements, 242 injonctions, 31 procès-verbaux administratifs, 25 procès-verbaux pénaux.

Des progrès à faire pour être conformes

Cette enquête a permis de révéler « la présence d’appareils en fonctionnement n’ayant fait l’objet d’aucun contrôle technique ou n’ayant pas été contrôlés depuis une durée allant jusqu’à 7 ans (un contrôle périodique devant être réalisé tous les 2 ans)».

Alors que les promotions sont interdites, l’étude a montré que « les professionnels du secteur n’avaient pas intégré ces nouvelles dispositions. Il subsiste encore des promotions, des offres de prestation de service incluant l’utilisation à volonté, gratuitement ou à tarifs préférentiels, d’un appareil de bronzage ou la proposition de prix dégressifs. À noter que les enseignes appartenant à une franchise ou à un réseau ainsi que les adhérents à un syndicat professionnel sont informés de l’interdiction mais [demeurent] réticents à l’appliquer. Les exploitants indépendants, c’est-à-dire notamment les instituts de beauté, n’en avaient pas connaissance ».

En revanche, l’interdiction aux mineurs et la mise à disposition de lunettes de protection marquées CE sont respectées.

« L’enquête de la DGCCRF confirme une méconnaissance et un non-respect des dispositions anciennes comme de certaines dispositions récentes de la réglementation. Des vérifications dans ce secteur vont donc se poursuivre, dans un contexte d’évolution de la réglementation puisqu’un nouveau décret doit en effet venir modifier celui de 2013 », concluent les auteurs de l’étude.

A lire aussi:

UV artificiels : comment dissuader les jeunes femmes de bronzer ?

Connaissez-vous votre risque au soleil ?

Cancer de la peau : les carcinomes spinocellulaires gagnent du terrain

Pour plus de détails, cliquez sur: Cabines de bronzage : elles seraient non-conformes