Les réseaux sociaux ne dégradent pas la santé mentale

Il existerait très peu de liens entre l’utilisation des médias sociaux chez les jeunes adultes et des problèmes de santé mentale tels que la solitude, l’empathie et l’anxiété social, selon les résultats d’une étude parue dans la revue Psychiatric Quarterly.

Les chercheurs de l’Université de Floride centrale aux États-Unis ont mené une étude avec 467 jeunes adultes qui ont été interrogés sur le temps passé par jour sur les médias sociaux, l’importance qu’ils ont dans leur vie et la manière dont ils les utilisaient. Leur santé mentale, les niveaux d’anxiété sociale, la qualité de leurs relations avec leurs parents et le soutien social sur lequel ils pouvaient compter ont également été évalués. Des aspects tels que les symptômes généraux de santé mentale, les idées suicidaires, la solitude, l’anxiété sociale et la diminution de l’empathie ont également été considérés.

Attention au « vaguebooking »

La seule tendance inquiétante qui a été trouvée concerne le « vague booking », qui fait référence à la tendance d’une personne à écrire des posts sur les réseaux sociaux qui contiennent peu d’informations claires et concrètes, mais souvent inquiétantes. Les jeunes qui avaient tendance à écrire souvent de tels messages étaient plus isolés et avaient plus de pensées suicidaires que les autres.

«Nous ne nions pas le risque que certains comportements en ligne soient associés à des problèmes de santé mentale, mais nous proposons que la recherche se concentre sur le comportement des individus plutôt que de rendre les médias responsables de tous les problèmes socio-personnels», explique Chloe Berryman.

« Dans l’ensemble, les résultats de cette étude suggèrent que, à l’exception du vague booking, les préoccupations concernant l’utilisation des médias sociaux ne sont pas justifiées », ajoute-t-elle.

A lire aussi:

Le réseau social sur lequel les jeunes se font le plus harceler révélé

L’addiction aux réseaux sociaux expliquée en vidéo

Trop de réseaux sociaux accroît le sentiment de solitude

Pour plus de détails, cliquez sur: Les réseaux sociaux ne dégradent pas la santé mentale