« Les villes doivent redevenir des éponges »

Face aux catastrophes naturelles, l’objectif n’est plus seulement de se protéger, mais de connaître le risque, de l’accepter et de s’y adapter, indique Isabelle Thomas, professeure d’urbanisme à l’université de Montréal.

Pour plus de détails, cliquez sur: « Les villes doivent redevenir des éponges »