Dépression post-partum : les hommes sont aussi concernés

La dépression post-partum, une baisse importante et permanente de l’humeur après l’accouchement, toucherait 10% des femmes. Mais d’après une étude menée par l’Université de Californie du Sud (Etats-Unis) et publiée dans la revue Hormones and Behavior, elles ne seraient pas les seules à être touchées par ce trouble sérieux : les hommes aussi seraient concernés.

Un lien entre la baisse de testostérone et la dépression

Pour le découvrir, les chercheurs ont suivi 149 couples pendant les deux années suivant la naissance de leur premier, deuxième ou troisième enfant. Tous ont répondu à des questions sur leur humeur et sur la dépression. Les hommes ont ensuite été soumis à un test salivaire afin que leur taux de testostérone soit surveillé. Les chercheurs ont découvert que les pères ayant une chute de testostérone dans les neufs mois suivants la naissance de leur enfant ont plus de risques de faire une dépression post-partum que les autres.

Mais ce n’est pas tout : les scientifiques ont également constaté que lorsque les symptômes dépressifs apparaissent chez les pères, ils s’atténuaient chez les mères. « Il se peut que les pères ayant une baisse de testostérone passent plus de temps à s’occuper du bébé ou qu’ils aient des profils hormonaux plus en phase avec celui des mères. Et pour ces dernières, nous savons que le soutien social protège du risque de dépression post-partum », précise Darby Saxbe, auteure principale de l’étude.

L’étude souligne également que chez certains pères, le taux de testostérone augmente après la naissance d’un enfant et que ce phénomène peut provoquer chez eux des comportements hostiles.

A lire aussi :

La dépression post-natale existe aussi chez les hommes

Dépression postnatale : ça se soigne !

Dépression post-partum : elle affecte aussi le bébé

Pour plus de détails, cliquez sur: Dépression post-partum : les hommes sont aussi concernés