Thibaud Croisy : « “120 battements par minute” ne fait, hélas, que normaliser les représentations du sida »

Pour le metteur en scène Thibaud Croisy, le film, sans saveur ni subtilité, de Robin Campillo, est un exemple de simplification et de purification des minorités sexuelles dont le but est de créer un consensus le plus large.

Pour plus de détails, cliquez sur: Thibaud Croisy : « “120 battements par minute” ne fait, hélas, que normaliser les représentations du sida »