La « relation adultère ponctuelle » ne fait pas obstacle à la naturalisation

Hassan X, de nationalité marocaine, épouse, le 20 septembre 2008, Isabelle, de nationalité française. De leur union naît un garçon, F. Sept mois plus tard, Mme Z met au monde un autre enfant, G., qu’Hassan X reconnaît, et qui porte son nom de famille, sur requête conjointe de ses parents. Le 4 août 2014, Hassan X dépose une déclaration de nationalité française par mariage.

Pour plus de détails, cliquez sur: La « relation adultère ponctuelle » ne fait pas obstacle à la naturalisation