Tests sur les animaux : cette alternative française qui séduit les Américains

C’est une nouvelle qui devrait ravir les défenseurs des animaux : Genoskin, une start up française qui propose des échantillons de peau humaine aux laboratoires de recherche, évitant ainsi l’expérimentation animale, a prévu d’ouvrir, au premier trimestre 2018, une seconde unité de production à Boston, aux Etats-Unis.

Un gel maintien la peau en vie

Cette société toulousaine née en 2011 récupère des morceaux de peau abdominale issus de la chirurgie plastique partout en France. Ils sont ensuite transformés en échantillons, vendus 3 600 € l’unité, sur lesquels les laboratoires de recherche peuvent ensuite tester la toxicité ou l’efficacité de produits cosmétiques ou pharmaceutiques. « Les tests sur les animaux sont inefficaces, longs, coûteux et de plus en plus perçus comme anti-éthiques. Nous croyons que notre technologie marque un tournant », a déclaré Pascal Descargues, fondateur et PDG de Genoskin. Et pour cause : alors que les concurrents de la start up utilisent la congélation ou l’impression 3D, Genoskin maintien la peau en vie grâce à un gel spécial, permettant ainsi des tests plus vrais que nature.

Si la société fournit déjà des laboratoires étrangers, l’unité de production basée à Boston permettra aux clients américains de profiter pleinement des échantillons, puisqu’ils ne seront plus soumis aux procédures qui soumettent les produits à la douane, à l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) ou encore au département de l’Agriculture des États-Unis (USDA), parfois longues.

A lire aussi :

De la peau artificielle créée en laboratoire

Cosmétiques : la fin des tests sur les animaux en Europe

Tests allergiques sur animaux : L’Oréal fait des progrès

Pour plus de détails, cliquez sur: Tests sur les animaux : cette alternative française qui séduit les Américains