Stress post-traumatique : bientôt des traitements à la MDMA ?

Les vertus thérapeutiques de la 3,4-methylenedioxymethamphetamine (MDMA) seraient-elles en passe d’être reconnues ? Oui, si l’on en croit l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) : elle a accordé le statut de « thérapie révolutionnaire » à cette molécule que l’on retrouve dans l’ecstasy, comme traitement potentiel du syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Ce statut ne signifie pas que la MDMA est approuvée par la FDA, mais ce statut permet de lancer les essais cliniques de phase 3, la dernière avant l’autorisation d’un médicament.

Des résultats positifs

La décision de la FDA a été annoncée par l’Association multidisciplinaire pour les études psychédéliques (MAPS), qui mène des essais depuis 1986 pour prouver la valeur thérapeutique de la MDMA sur le SSPT, un trouble anxieux sévère qui se manifeste à la suite d’une expérience vécue comme traumatisante, comme un viol, un attentat, une guerre ou encore un accident grave. Les précédents essais cliniques menés par la MAPS ont donné des résultats positifs. Lors de la phase 2, 107 participants ayant souffert de SSPT pendant environ 17,8 ans ont été traités. Un an plus tard, 68% de ces volontaires ne souffraient plus de ce trouble anxieux.

L’objectif de ces futurs essais cliniques ? Déterminer dans quelle mesure la MDMA peut être utilisée pour traiter les personnes souffrant de SSPT. Les essais, qui auront lieu aux États-Unis, au Canada et en Israël, comprendront 200 à 300 participants et les inscriptions commenceront au printemps 2018.

A lire aussi :

L’ecstasy au secours du cancer ?

Le stress post traumatique rend dépendant à la nourriture

L’ecstasy, une drogue aussi addictive que la morphine

Pour plus de détails, cliquez sur: Stress post-traumatique : bientôt des traitements à la MDMA ?