Phobie scolaire : quand on ne peut plus franchir les portes de l'école

En cette période de rentrée scolaire, entre 1 et 5% des enfants, collégiens ou lycéens ont vraisemblablement été dans l’incapacité de franchir les portes de leur établissement scolaire. Ceux-ci souffrent de phobie scolaire, c’est-à-dire « une réaction très forte de refus, d’incapacité à pouvoir franchir la porte de l’école » selon les propos de Luc Mathis, président de l’Association phobie scolaire, interrogé sur France Info.

Harcèlement, troubles des apprentissages comme la dyslexie ou la dyspraxie, précocité : les causes peuvent être diverses. Chez l’enfant, cela se manifeste par « des maux de ventre, des vertiges, des envies de vomir, et au final un blocage complet par rapport à l’idée d’aller à l’école. C’est une sorte de liquéfaction » décrit Luc Mathis.

Commencer par identifier les causes

Pour sortir de cette situation face à laquelle les parents sont le plus souvent désemparés, le président de l’association préconise de rencontrer un spécialiste (psychiatre, pédopsychiatre, psychologue…) afin d’identifier les causes qui peuvent également être émotionnelles et de mettre des mots sur la situation.

Il est souvent plus facile, ensuite, d’en parler avec l’équipe enseignante. Il ne faut pas hésiter non plus à retirer l’enfant de l’école s’il y a une charge émotionnelle trop forte.

Plus d’infos : phobiescolaire.org

A lire aussi :

L’école à la maison permet aux enfants de bien dormir

Pour de bons résultats scolaires, ne mettez-pas trop la pression

Pour plus de détails, cliquez sur: Phobie scolaire : quand on ne peut plus franchir les portes de l'école