Alcoolémie chez les jeunes : des modifications différentes sur le cerveau

Hommes et femmes inégaux face à l’alcool ? Il semblerait que oui ! C’est ce que démontre un groupe de chercheurs finlandais qui a travaillé avec 11 hommes et 16 femmes ayant eu pendant une longue période une forte consommation d’alcool. Ce groupe a été comparé à 12 hommes et 13 femmes ne buvant pas d’alcool, ou très peu. Toutes ces personnes avaient entre 23 et 28 ans au moment où les mesures ont été prises.

Ils ont examiné les réponses du cerveau face à des impulsions magnétiques servant à activer les neurones. Ils ont ensuite mesuré l’activité cérébrale par électroencéphalographie (EEG). Les résultats, exposés lors d’un meeting de l’ECPN (European college of neurophyschopharmacology), montrent une plus grande réponse électrique dans le cortex du cerveau pour ceux ayant consommé de grandes quantités d’alcool sur une longue période. Cependant, à la surprise des scientifiques, les neurones des hommes et des femmes de ce groupe ont répondu différemment aux stimulations électromagnétiques.

Un neurotransmetteur touché différemment

L’EEG a montré que le cerveau des jeunes hommes, consommateurs d’alcool, ont une plus grande activité électrique affectant la neurotransmission de GABA (A) et(B), alors que pour la femme, il s’agit seulement de GABA (A). La molécule GABA, dont le nom fait penser à un groupe de pop suédoise, est en fait fondamentale dans l’inhibition de certaines fonctions du cerveau. Elle intervient dans des phases d’anxiété et de dépression et semblerait calmer l’activité cérébrale.

Vers de nouveaux traitements contre l’alcoolisme

Les traitements actuels ne prennent en compte que GABA (B), jouant un rôle dans le désir d’alcool. Or cette étude montre l’implication des deux GABA dans une alcoolémie régulière. Cela pourrait expliquer les résultats mitigés de certains médicaments. Ainsi, les chercheurs préconisent la prise en compte des deux sexes dans les traitements pharmacologiques de l’alcoolisme.

A lire aussi

Pour plus de détails, cliquez sur: Alcoolémie chez les jeunes : des modifications différentes sur le cerveau